Catégories

Nouveaux produits

Marques / Fabricants

Promotions

Interview d'artistes : Ali Alaoui

Interview d'artistes : Ali Alaoui

Né à Fès en 1967, haut lieu de la culture et ville sacrée du Maroc, Ali Alaoui pratique l'art des percussions depuis son enfance. Dès l'âge de 19 ans, il intègre l'orchestre principal de Fès, puis enseigne au Conservatoire de Casablanca et intègre l'Orchestre National du Maroc comme percussionniste soliste.

Dans son pays, mais aussi à travers le monde, il a su saisir toutes les opportunités pour partager des moments musicaux avec des musiciens de chaque région et origine en pratiquant des musiques folkloriques et populaires, des musiques savantes et religieuses ainsi que des compositions classiques d'artistes contemporains. Ce parcours multiforme fait de lui un pédagogue sans frontières, qui peut se partager encore plus avec sa méthode de derbouka.

Quel est ton parcours artistique en quelques mots ?

Je me permettrais de dire que je suis né dans un milieu artistique propice. Dans mon quartier natal depuis très jeune, j’ai l’occasion de voir et entendre des artistes, d’assister à des manifestations artistiques de grande envergure. Et la culture marocaine intègre de nombreuses traditions où la musique à une place dominante. Ensuite, j’ai voyagé dans les grandes villes du Maroc, et étudié les différents styles de musiques d’Orient et du Moyen Orient. J’ai aussi rencontré beaucoup de musiciens, avec qui l’échange m’a donné l’occasion de comprendre que j’avais la passion pour la pédagogie. Je suis ensuite allé au Conservatoire de Casablanca pour approfondir l’étude de la musique de manière plus large.

En 1999, je suis arrivé en France et le point principal qui m’a amené à devenir professeur est la vision que les occidentaux ont de la percussion, qui est parfois dégradante ou faussée. Le but était donc de montrer les différences dans un amalgame qui laisse parfois des choses importantes de côté. J’ai pris plaisir à faire découvrir ma culture et c’est pour ça qu’aujourd’hui ma passion et le respect de ma culture m’amènent à réaliser une méthode, en plus des cours et concerts. Je me suis adapté au monde occidental en préparant depuis quelques années le contenu principal de ma méthode à l’écrit, et pour faire passer mon message avec la matière que j’ai au fond de moi, de mon coeur.

A qui destines-tu principalement ta méthode ?

Elle est adaptée à plusieurs niveaux, surtout que j’utilise le solfège occidental mais aussi les onomatopées afin de ne pas être limité. Sans remplacer un professeur de darbouka, elle est un complément idéal aux débutants et aux avancés, car je retrace de nombreux savoirs, des bases essentielles ainsi que des développements pour les professionnels.

Quel(s) conseil(s) absent(s) de la méthode donnerais-tu à un utilisateur ?

Pour moi, le point important, qui peut s’adapter à d’autres méthodes, et que j’appuierais ici, c’est de regarder ma méthode plusieurs fois avant de la pratiquer. La regarder quatre ou cinq fois, afin de bien comprendre la manière d’amener l’apprentissage et le jeu que j’emploie.

Trop souvent, les utilisateurs de méthodes s’empressent et zappent la moitié des informations. La visionner plusieurs fois permettra de comprendre les feelings et d’être précis. C’est une sorte d’échauffement mental !

Combien de temps t’a demandé la réalisation de cette méthode ? Et que t’a apporté la collaboration avec l’équipe de Improductions pour cette nouvelle réalisation ?

En gros trois années de travail pour ma partie. Et ce travail a pu se faire aussi grâce à l’aide précieuse de l’un de mes élèves de niveau avancé, Thibaut Laurent. Que je remercie sincèrement au passage. Sinon, j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec ces personnes, même si parfois il s’agissait de prendre sur soi, car le stress d’un tel projet apporte parfois des tensions.

Beaucoup de professeurs hésitent à l’avouer, mais personnellement j’ai remarqué qu’avec mes élèves j’apprenais considérablement, et dans cette rencontre c’est idem. Ce travail m’a demandé d’être plus carré et de mettre mon ouverture encore plus en éveil afin de comprendre, me faire comprendre et échanger. L’apprentissage ne passe d’ailleurs que par l’ouverture et on grandit avec l’apprentissage.

Enfin, pourquoi avoir collaboré avec Improductions pour la réalisation de cette méthode DVD ?

J’avais parlé de mon souhait de réaliser un petit livre sur la darbouka à plusieurs personnes. Cédric Aimé et Christophe Gallego du magasin Djoliba [Toulouse], m’ont entendu et ont parlé de ce projet à Philippe Nasse de Improductions.

J’avais aussi fait un tour d’horizon des méthodes et bien que l’on puisse trouver le livre de Philippe Vigreux (pour ce qu’il y a de plus complet), il n’y a pas vraiment de méthode sortant de la vision académique. Il s’agit de musique avant tout et il faut amener les bases mais aller plus loin et dans le ressenti. Bien entendu je respecte le travail des autres, mais j’ai voulu aller plus loin, et avec un support de qualité. Il y a quelques années, je suis allé faire un master-class aux Journées de la Percussion de Paris et Philippe Nasse y était.

Nous n’avons pas eu l’occasion de nous rencontrer de suite, mais connaissant la qualité des méthodes de la série Le Salon de Musique, nos idées pouvaient vraiment se rejoindre. Et après la présentation de mon projet nous avons enclenché le projet qui est aujourd’hui une réalité.


© Djoliba / Jimmy Braun / Ali Alaoui

Interview initialement publié sur le site Percussions.org en Octobre 2006