Catégories

Nouveaux produits

Marques / Fabricants

Promotions

Interview d'artistes : Poncho Sanchez

Interview d'artistes : Poncho Sanchez

Poncho Sanchez, le soul conguero

Flash-back : Découvrez ou redécouvrez une interview de l'artiste réalisée par l'équipe Djoliba-Percussions.org en 2007.

Conguero de Cal Tjader au milieu des années soixante-dix, le percussionniste américain Poncho Sanchez - né le 30 octobre 1951 à Laredo (Texas) - est un artiste emblématique du latin jazz. Doublé d’un chanteur latin soul, ce conguero est le cadet d'une famille de onze enfants et a grandi à Norwalk (Californie).

Agitateur d’un mouvement mariant la soul music, le rhythm & blues avec le latin jazz, Poncho est un artiste complet : guitariste, chef d'orchestre, chanteur, multi percussionniste (conga, bongo, timbales) et compositeur. Preuve de ses nombreuses qualités, il sera d’ailleurs récompensé en 2000, avec son orchestre par un Grammy Awards pour le meilleur album latin jazz de l’année (avec l’album « Latin Soul », 1999, Concord Picante Records).

Atypique, Poncho Sanchez multiplie les collaborations grâce à un jeu simple et efficace. Moins attaché aux techniques modernes que les maîtres Giovanni Hidalgo, Roberto Vizscaino ou Paoli Mejias, ses phrasés son souvent sans fioriture et s'alimentent plus de l'énergie de la soul et du funk, que du jazz ou d'une musique au propos intellectuel.

Rejeton musical de Mongo Santamaria, Cal Tjader ou Francisco Aguabella, Poncho Sanchez a collaboré avec une pléiade d’artistes, de Tito « El Rey » Puente à Ray Charles, en passant par le groupe Tower of Power. Percussionniste savoureusement groove, l’épice de ses frappes vient à nouveau taquiner les bacs avec l’album « Rise your hand ».

Presque trente ans après « Gaviota », qui invitait les percussionnistes Alex Acuna ou Luis Conte, le maestro Poncho signe son 23ème album (dont 22 sur le label Concord Picante). A cette occasion et juste avant son départ au Japon, Poncho a répondu à quelques questions afin de le (re)découvrir.

Poncho Sanchez & Tito Puente

Poncho Sanchez (g) & Tito Puente (d)

Penses-tu avoir exercé une influence sur la musique latin jazz ou d'autres modèles contemporains de la musique ?

Oui, j’ai vraiment le sentiment d’avoir influencé le marché du latin jazz et son âme. J’ai depuis plusieurs années contribué à cette musique, par la passion que je lui voue.

D’une part, grâce aux concerts et à mes nombreuses collaborations avec des artistes connus - pour certains d'entre eux des légendes - et d’autres moins connus. Le tout en visant toujours la qualité et la musicalité.

Cette influence me semble avoir atteint le monde entier, jusque dans les musiques plus actuelles. Le son du latin jazz ou latin soul est une source d’influence importante dans les courants actuels.

Comment résumerais-tu l’histoire du latin jazz en quelques mots ?

Ses débuts … Le latin jazz a été créé dans les années 40 quand Machito et Mario Bauza ont présenté le percussionniste Luciano « Chano » Pozo au trompettiste noir américain Dizzy Gillespie.

La genèse du latin jazz se situe donc dès leur rencontre et aussi à la création des standards que sont devenus les morceaux "Manteca" ou "Night in Tunisa".

Ces titres sont immanquables pour les personnes qui veulent découvrir le llatin jazz. C’est d’ailleurs à mon avis important pour un mélomane de s’informer sur l’histoire de cette musique qui est si riche.

Travailles-tu la conga et la voix en parallèle depuis toujours ?

En général, je chante une partie de la chanson au microphone et lorsque je suis sur les congas. Mais sur les percussions, il s’agit plus d’être le leader d’un chœur, d’un ensemble. Pour le travail du chant et de la conga, je combine les deux et travaille aussi indépendamment. Tout se fait aussi selon la composition et l’arrangement de la direction musicale.

Qu’est-ce qui a déclenché en toi l’envie de devenir musicien ?

J'ai grandi avec 10 frères et soeurs et ils m'ont exposé à beaucoup de types de musique et donné la passion pour les standards latins, ainsi que l’âme de la musique jazz. Voilà ce qui m’a le plus influencé.

Poncho Sanchez & Mongo Santamaria

Poncho Sanchez (g), Mongo Santamaria (d)

Quel est l’artiste percussionniste que l’on peut qualifier de guide spirituel dans ta carrière ?

Principalement le conguero cubain Mongo Santamaria. Pour l’influence musicale dans son ensemble – composition, arrangement, etc. - je peux dire que Cal Tjader (vibraphone, percussions, piano) est mon père musical, mon guide. Il a travaillé avec d’importants musiciens dont Mongo (Santamaria) ou Willie (Bobo). Grâce à ce personnage, j’ai fait un grand pas dans la musique et de nombreuses rencontres.

Depuis quand collabores-tu avec David Torres ?

David Torres est mon directeur musical depuis 20 années. Mais Ramon Banda collabore beaucoup depuis 7 ans avec Francisco Torres sur la direction musicale. Nous avons trouvé un bel équilibre de travail et le résultat est appréciable. Dans ton dernier album, tu invites de nombreux artistes.

Par contre, il n’y a pas Ramon Banda. Est-ce que c’est une nouvelle formation que tu présentes dans « Raise your hand » ?

Ramon est parti pour d’autres aventures musicales, entre autres pour s’occuper du groupe qu’il a avec son frère. Il est remplacé par le timbalero George Ortiz depuis l'album "Out of Sigth". La nouvelle formation se compose aussi de David Torres (piano, orgue Hammond B-3), Javier Vergara (saxophones ténor & alto , flûte), Ron Blake (trompette, flugelhorn), Francisco A. Torres (trombone, choeurs), Tony Banda (bass, choeurs), Joey De León (bongo, congas, guiro, bata, chekere, choeur). Et pour le nouvel album, j’ai invité quelques grands musiciens comme le saxophoniste Maceo Parker.

Comment tu accordes tes congas ? Selon la composition jouée ou toujours avec le même accord ?

Oui, je joue avec mon modèle d’accord en général. Mais je me plie volontiers à la chanson et à la tonalité d’un morceau. Je reste ouvert bien que mon accord soit un choix qui anime mon inspiration.

Poncho Sanchez & Stevie Wonder

Poncho Sanchez (g) & Stevie Wonder (d)

Est-ce que le fait de jouer sur des peaux synthétiques a changé ta manière de frapper la conga ?

Les sons de ce type de peau sont différents d’une peau naturelle et il faut travailler le son avant de réussir à obtenir ce qu’on désire. De mon côté, j’ai trouvé mon son et la définition des toniques et des claqués me plais vraiment. Avec le temps, je trouve que c’est plus facile à jouer et que le son est plus harmonieux et volumineux. Mais si j’aime ça c’est parce que je me suis habitué et j’ai travaillé mon son, mon timbre personnel.

Comment t’es venu l’idée loufoque de créer une méthode de conga qui mélange des recettes de cuisine et de cocktail ?

La nourriture et les cocktails sont très savoureux et bons comme ma musique et la musique latin jazz. La passion pour les bonnes choses est à mes yeux le moyen d’avancer.

Le but de cette méthode est donc de donner au lecteur le goût de ma personnalité, un musicien qui aime faire la cuisine et les cocktails.

En outre, dans mon livre « Conga Cookbook », j’essaye de mettre des recettes que je veux partager et que je conseille pour faire les pauses entre les apprentissages ou les répétitions entre amis musiciens.

Quel point important conseillerais-tu à un débutant qui désire travailler la conga ?

Pratiquez ! Pratiquez ! Travaillez avec un bon professeur, en complément d’une étude personnelle régulière avec des supports de méthode au format DVD ou livre. Aussi, il est essentiel d’aller voir des concerts, de ressentir la musique « live » et s’imprégner des différents jeux des artistes.

Poncho Sanchez & Carlos Santana

Poncho Sanchez (d) & Carlos Santana (g)

Comment tu construis tes solos de conga ? Est-ce que tu les prépares longtemps à l’avance ou te laisses-tu aller vers une improvisation créatrice ?

J'ai pratiqué quelques fois la préparation de solo, mais en général je préfère le sentiment et l'esprit de l’improvisation créatrice. Je sens le solo venir en jouant une chanson et le solo vient à moi comme une évidence – enrichie par les phrases des autres musiciens.

J'ai mon propre modèle de développement de solo que j'ai fait évoluer au cours des années. Le travail de mon propre son et de mes phrases permet aujourd’hui aux gens de me reconnaître. Mes solos ont une marque de fabrique, une griffe personnelle dont je suis fier.

Pour mieux comprendre et détailler mon concept, je conseille l’écoute de mes disques. Il est plutôt rare de vous voir jouer en France.

Penses-tu venir bientôt ?

J'aimerais vraiment venir et jouer en France. J’adore le peuple français ! Cela fait plusieurs années que je ne suis pas venu. Je me souviens d’être allé au festival de Nice et également à Paris, où j’ai vécu de merveilleux moments.

De très bons souvenirs sont restés, mais aucune véritable occasion ne m’a donné la possibilité de faire une tournée depuis ces concerts. J’espère venir bientôt et il serait génial de pouvoir participer à un festival. Mon groupe est prêt et n’attend que ça !

© Jimmy Braun / Djoliba / (mis à jour Septembre 2017) - Juillet 2007

Remerciements particuliers à Jim Cassell (manager de Poncho Sanchez)

Site officiel de l'artiste | http://www.ponchosanchez.com